Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2013

enseignement de la composition ... en france.

Je viens de relire par hasard un article de fin 2009 du quotidien Le Monde consacré aux compositeurs enseignants éxilés et de lire : “Les places de ce type (postes d'enseignants) étant rares en France (trois au Conservatoire de Paris, une à Lyon), les candidats malheureux ont opté pour l'exil”.

En creusant un peu je découvre (mais ce n’est pas la première fois) que partout où il est fait mention de l’enseignement de la composition en France, il est question exclusivement des CNSMD (Paris et Lyon). Si ces établissements sont d’une qualité incontestable ils ne peuvent être considéré comme la seule formation possible (donc le seul point de chute pour un compositeur enseignant), d’ailleurs la vocation première de ces conservatoires supérieurs est le perfectionnement (c’est aussi le cas depuis quelques temps dans les pôles supérieurs en région qui délivrent le LMD), ce n’est pas dans les CNSMD que l’on forme des compositeurs mais dans une multitude de conservatoires nationaux en région (les CRR). Avec quatre professeurs (pour la composition instrumentale) dans les deux établissements supérieurs (Paris : 1 poste à temps plein 12h, 2 postes à 2/3 8h, Lyon : 1 poste à mi-temps 6h) l’offre est donc assez faible dans le supérieur. Oui, Il y a également les conservatoires de la région parisienne (CRR, CRD) parfois pour quelques heures, mais ces conservatoires sont souvent (pas toujours) une solution provisoire (dans l’attente du prochain concours) pour ceux qui échouent à l’entrée au CNSMDP. Donc, contrairement à ce qui est sous-entendu dans cet article il y a de nombreuses classes de composition de grande qualité en région, je cite volontier ici (mais ce n’est en rien exhaustif) : Montpellier, Reims, Bordeaux, Lyon (CRR), Perpignan, Paris (CRR), Montbéliard, Laval, … Cet article évoque pour les compositeurs enseignants un statut “d’employé municipal” avec peut-être une pointe de mépris. Il s’agit en fait d’un cadre d’emploi de la Fonction Publique Territoriale ce qui est une chance (même si rien n'est idéal) car cela permet pour ces établissements de s’attacher durablement la présence d’un enseignant dans cette discipline ! Et du coup de préserver cette filière qui peu à peu se réduit (j’ai pu le vérifier comme jury d’entrée au CNSMDP ou 80% des candidats sont issus de grands établissements étrangers). Ces petites réflexions pour souligner qu’il est sans doute temps de revoir un peu la façon dont on organise les choses en France en ne regardant qu’au sommet de la pyramide, pour être un peu polémique je peux dire que nombre d’élèves des classes de composition des CRR sont souvent d'un niveau comparable aux élèves du 1er cycle supérieur des CNSMD … Enfin, pour conclure sur une information de ce même article à propos de l’éxil de Philippe Manoury, il est de retour en France depuis janvier 2013 avec un poste “d’employé municipal” au Conservatoire de Strasbourg.

Il existe un très bon rapport sur cette question de l'enseignement de la composition rédigé par Henry Fourès, compositeur et ancien directeur du CNSMD de Lyon.

Les commentaires sont fermés.