Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2012

Au sujet de ..."Clarinet concertino" (2010-2011)

Jean-Louis AGOBET

 

Clarinet concertino (2010-11) 15’

pour clarinette et ensemble (9)

© peermusic classical europe - hamburg

1(picc).0.0.1(ctbn)-0.0.1(basse).0

perc(1)

1.0.1.1.1

agobet, clarinet, concertino, nishizawa, tokyo, sinfonietta

Co-commande de Radio France et du Tokyo Sinfonietta
création mondiale : 12 mai 2012, le cent-quatre (Paris)
création japonaise : 6 juillet 2012, Suntory Hall (Tokyo)

 

 

Haruyo Nishizawa, clarinette

Tokyo Sinfonietta

Yasuaki Itakura, direction

Le concertino pour clarinette (Clarinet Concertino) à été composé sur une assez longue période pour une pièce de ce format entre octobre 2010 et fin 2011.

Il est écrit pour la soliste Haruyo Nishizawa et le Tokyo Sinfonietta co-commanditaire de la pièce avec Radio France.

Il trouve son origine dans la grande admiration et la relation amicale que j'entretiens avec le Tokyo Sinfonietta et ses musiciens depuis presque dix ans . Depuis Ciaccona et Génération, la clarinette tient une place particulière dans mon travail, -comme le fût la flûte précédemment-. C’est également ma huitième partition concertante.

La pièce est écrite en un mouvement d’une quizaine de minutes avec une section centrale plus lente et une cadence assez développée.

La virtuosité volubile de la partie de soliste - d’une difficulté parfois redoutable - alliant légereté, souplesse, gestes dynamiques et registres extrêmes est la colonne vertébrale de la pièce. Elle génère les textures changeantes de l’ensemble souvent dominé par les instruments graves (basson, trombone basse, violoncelle et contrebasse).

La partition se termine par un effet que seule la clarinette peut produire, inattendu, bien que longuement préparé.

Tout au long de la composition j’avais en tête ce que Elliot Carter appelle une «continuité convaincante » probablement necessaire après l’écriture de Sectio en 2008 (toujours pour le Tokyo Sinfonietta) qui est composée de quartorze courtes sections enchaînées. La pièce est dédiée à Haruyo Nishizawa, mais je n’ai cessé de penser après le 11 mars 2011 au peuple japonais tout entier.

informations : info@peermusic-classical.de

 

Les commentaires sont fermés.